Flux RSS

Suisse romande
S'inscrire à nos cours

Vous êtes ici

Accueil » Ressources et outils » Outils pour personnes relais

Rôle des personnes relais

Pourquoi les personnes relais sont-elles au coeur de l'action pour apporter des réponses à l'illettrisme ?

L'existence de cours est d'abord transmise par un tiers

Près de 50% des apprenantes et des apprenants de Lire et Ecrire ouvrent la porte de l’Association grâce à l’intervention d’une personne tierce.

Contrairement aux personnes relais, les adultes en difficulté ignorent souvent comment accéder à l’information, vers des cours adaptés à leurs besoins.

Les compétences des professionnels sont adaptées

Les personnes en situation d'illettrisme ont souvent perdu confiance dans leurs capacités d’apprentissage. Elles ont donc besoin d'un tiers qui croit en elles et les encourage à entreprendre une formation. Sans cet accompagnement, il est difficile de surmonter l’échec et d’oser apprendre ou réapprendre.

Par honte de ne pas savoir lire et écrire alors qu’elles sont allées à l’école ou par manque de confiance en elles, les personnes qui ont été scolarisées ne parlent pas facilement de leurs difficultés. Elles ont donc besoin d’un cadre sécurisant pour se dévoiler. Les compétences métiers des personnes relais, comme l’écoute ou le non-jugement, aident pour engager la discussion.

Souvent seules devant l’ampleur des difficultés rencontrés, les personnes qui ne maîtrisent pas l'écriture et la lecture ont besoin d'être comprises. Pour cela, elles doivent sentir que leur interlocuteur ou leur interlocutrice connaît les conséquences de l’illettrisme et que des solutions peuvent être proposées.

Lorsqu'une personne a ouvert la porte d'un lieu de cours, il peut être important de continuer à l'accompagner pour éviter une rupture avec le lieu de formation. En effet, entrer en formation implique des changements dans sa vie et peut être déstabilisant.

On peut faire mieux !

Moins de 1% des adultes qui ont des difficultés avec la lecture et l’écriture accèdent à un cours de base de l’Association Lire et Ecrire, unique organisation du genre en Suisse romande. Ce taux est largement insuffisant vu les exigences de plus en plus complexes de notre société.

Par ailleurs, en 2010, seulement un peu plus de 10% de la population sans formation post-obligatoire a participé à une activité de formation continue, contre 50% des personnes titulaires d’un diplôme d’une Haute école (Office fédéral de la statistique). Cette situation va à l’encontre du droit à la formation tout au long de la vie et favorise une société à deux vitesses.

Si les personnes relais ont un rôle central à jouer, les pouvoirs publics doivent quant à eux davantage prendre leur responsabilité pour lutter contre l'illettrisme.

Faire un don S'inscrire à nos cours Contactez-nous